J’ai découvert le thé Marco Polo de Mariage Frères au Café Birks, à Montréal. J’y accompagnais ma mère pour le thé de quatre heures. Elle aimait ce rituel d’une Angleterre d’un autre siècle. Tout était raffiné : le décor, le service, la porcelaine, les bouchées, les scones, les canapés. Mais surtout, le thé Marco Polo. Coup de foudre. J’ai tout de suite senti que son goût velouté, fruité et fleuri s’harmoniserait avec un chocolat noir corsé. Assez floral et parfumé pour ne pas exiger un ajout de sucre.

Mariage Frères est une maison de thé établie à Paris en 1854. Une marque renommée dans le monde entier. Une visite à l’une de leurs boutiques s’imposait comme un pèlerinage. De passage à Paris, nous avons choisi, tant qu’à faire, la plus prestigieuse, celle de la place de la Madeleine, où les voisins vendent du caviar, des truffes et du champagne. Fauchon est à quelques portes de là.

Mariage Frères

L’enseigne à l’imagerie surannée évoque le bon vieux temps des colonies, les comptoirs de l’Orient : Ceylan, Inde, Chine, Formose. La vitrine présente une création exclusive de Noël, un thé aux notes d’oranges confites et d’épices. La devanture au cadre de bois noble affiche une sobriété confiante et intimidante.

Nous avons mis nos plus beaux vêtements de voyage, mais craignions quand même un regard hautain posé sur notre humble personne.

Mariage Frères

Nous poussons la porte. L’ambiance feutrée n’incite pas à l’exclamation déplacée. L’éclairage tamisé diffuse une note de mystère sur le bronze et le cristal, sur les théières du monde exposées dans les vitrines. Un passage, lui aussi bordé de vitrines, relie la première salle à une caverne d’Ali Baba où ne règne aucun désordre. Le long des murs, des dizaines de grandes boîtes de métal noires reprennent en doré la signature de l’enseigne dans les alvéoles de présentoirs en bois d’acajou : Ti Kuan Yin Suprême, Grand Pouchong, Robe Rouge et autres noms à rêver. Un vertige gêné nous envahit. On commence par où ?

Un jeune conseiller vient à notre rescousse. Il porte un complet de lin écru avec une cravate brune, d’une élégance décontractée taillée pour une réception de soirée coloniale. Nous décoinçons immédiatement, car il est naturellement sympathique. Je lui explique que je fais déjà des chocolats avec le thé Marco Polo et que j’aimerais bien en découvrir d’autres. Cette cliente, chocolatière et montréalaise, le change de sa clientèle parisienne.

Mariage Frères

La dégustation commence. Il plonge une grande cuillère dans une boîte et me présente un thé dont je reconnais l’arôme. Je marque des points. Il poursuit, on discute. Il oriente ses choix en cernant mes goûts. Il me propose d’autres thés, d’autres arômes : jasmin, menthe, agrumes, baies de goji. J’ai les narines en état d’euphorie. « Mais, je ne me souviendrai plus de rien ! », je lui dis, un peu paniquée. Il me regarde avec un grand sourire : « Rassurez-vous madame, moi, je me souviens de tout ».

Mariage Frères

Puis, il m’a préparé mes paquets : Marco Polo, Vert Provence, Casablanca, Sweet Shanghai et Pleine Lune, qui parfume un autre de mes chocolats.

Joly Chocolats ne recule devant rien pour offrir luxe et raffinement à sa clientèle. Il nous faudra donc retourner bientôt à Paris faire de nouvelles provisions.

 

http://www.mariagefreres.com